Enseignement du français au Japon
Online ISSN : 2433-1236
Print ISSN : 0910-2353
ISSN-L : 0910-2353
L'enseignement de la langue francaise dans le cycle d'etudes secondaires
Yoshiro YAMAZAKI
Author information
JOURNAL FREE ACCESS

1997 Volume 25 Pages 33-35

Details
Abstract

L'enseignement de la langue francaise dans le cycle d'etudes secondaires est maintenant autorise par le Ministere japonais de l'Education nationale. En effet, si l'on se refere a la liste des matieres etudiees, on ne trouve pas de reference directe a la langue anglaise, mais la mention: <<langue etrangere>>. Il est de ce fait legal de choisir le francais comme premiere langue etrangere des le niveau secondaire. Malgre cela, moins de cent lycees japonais proposent le choix du frangais, et moins de vingt d'entre eux offrent la possibilite de le choisir comme premiere langue etrangere. On peut invoquer l'absence de tradition francophone, ou le manque d'interet des eleves, mais la cause principale de cette offre reduite est a chercher en dehors du lycee: il s'agit des concours d'entree a l'universite. Pour la plupart des futurs etudiants, choisir le frangais, c'est limiter leurs chances d'entrer a l'universite. Dans le Kanto, par exemple, moins de vingt universites mettent au concours une epreuve de francais. Certaines ont meme fait disparaitre cette epreuve qui, sans doute, ne correspondait plus aux nouveaux objectifs de l'etablissement. Il s'ensuit que les eleves qui ont opte pour le frangais quelques annees plus tot sont inquiets, et que, par anticipation de la reduction de l'offre universitaire, le nombre de ceux qui le choisissent au lycee comme premiere langue etrangere diminue. Les enseignants de francais ont alors a choisir entre deux attitudes: le profil bas du laisser-faire, generalement accompagne d'un manque de communication entre enseignants des lycees et enseignants des universite, ou la mise en place d'une collaboration plus etroite, faite de consideration et de reciprocite entre les universites et les lycees. Seule cette derniere solution pourrait combattre la tendance, voire relancer l'enseignement du francais au Japon. Apres tout, l'expression ministerielle qui parle de <<langue etrangere>> ne signifie que pour ceux qui ont une mauvaise vue, ou qui sont acquis a ldee de la domination de l'ancdais.

Related papers from these authors
© 1997 Société Japonaise de Didactique du Français
Previous article Next article
feedback
Top