ミシェル・アンリ研究
Online ISSN : 2189-6836
Print ISSN : 2185-7873
表象のエコノミーと内在
北村 晋
著者情報
ジャーナル フリー

2017 年 7 巻 p. 87-104

詳細
抄録

La logique médiatrice dialectique de Hegel a apporté une solution décisive au paradoxe sur la transcendance et l’immanence, puisque l’hégélianisme peut être consideré à la fois comme le transcendentalisme redical et aussi comme l’immanentisme ultime. Il récolte et récupère tous les transcendants depuis les idées de Platon jusqu’aux choses en soi de Kant dans sa région d’immanence. Finalement le tout (das Ganze) comme immanence s’achève dans le savoir absolu de l’hégélianisme. Il nous semble que cette logique hégélienne est le plus fort logos dans la tradition de la philosophie occidentale. Or, dans la conception de différence ontologique, Heidegger fait la distinction entre l’être et l’étant. Nous devons comprendre cet étant heideggerien comme tous ce qui nous peut apparaître, c’est-à-dire que nous pouvons nous représenter. Ainsi peut-on lire dans l’expression heideggerienne de «l’étant en somme» la même situation que le tout qui comprend tous les transcendants. Cette situation s’appelle l’économie de la représentation. L’économie de la représentation doit, selon Derrida et Kashiyama, être close et rencontrer son «dehors», son «autre»(=le néant). D’après la différence ontologique, l’être n’est pas l’étant. L’être est donc identifié au non-être, au néant. L’«immanence» henryenne n’est rien d’autre que ce néant.

著者関連情報
© 2017 日本ミシェル・アンリ哲学会
前の記事
feedback
Top