フランス語学研究
Online ISSN : 2432-0668
Print ISSN : 0286-8601
検索
OR
閲覧
検索
45 巻 , 1 号
選択された号の論文の29件中1~29を表示しています
    • |<
    • <
    • 1
    • >
    • >|
論文
  • 安齋 有紀
    原稿種別: 本文
    45 巻 (2011) 1 号 p. 1-18
    公開日: 2017/05/02
    ジャーナル フリー
    L'objectif de cet article est de déterminer les fonctions d'ajustement informationnel et intersubjectif des marqueurs discursifs à l'oral spontané. En situation d'échanges dialogués, les énonciateurs ajustent la relation informationnelle, d'une part au niveau de la réflexion qu'ils ont sur la pertinence de leurs énoncés (dimension métadiscursive), d'autre part en tenant compte du niveau de compréhension qu'ils attribuent à leur co-énonciateur (dimension intersubjective). Pour ce faire, nous analysons certains phénomènes linguistiques qui se produisent dans l'entourage des marqueurs français tu vois et tu sais. Ils sont là pour signaler au co-énonciateur la nécessité de procéder à une opération d'ajustement, ou bien pour que l'énonciateur annonce au co-énonciateur qu'il est en train d'ajuster la relation informationnelle. Ils émergent ainsi au moment d'un accès à une étape de l'ajustement et du passage à l'étape suivante. De ce fait, on peut déduire que ce type de marqueur s'emploie lorsque l'énonciateur engage son partenaire dans un partage des événements ou dans la représentation du partage.
    抄録全体を表示
  • 小田 涼
    原稿種別: 本文
    45 巻 (2011) 1 号 p. 19-36
    公開日: 2017/05/02
    ジャーナル フリー
    L'adverbe déjà est une unité polyvalente qui connaît différents emplois, tantôt aspectuels (comme dans "L'automne déjà !" ou "Tu as déjà été amoureux ?"), tantôt discursifs (comme dans "Attendre, c'est déjà vivre une rupture." ou "Nous allons être de plus en plus privés de libertés, déjà qu'on n'en avait pas beaucoup."). La présente étude vise à rendre compte de la corrélation entre ces divers emplois et à donner une explication générale de son fonctionnement : avec l'adverbe déjà, le locuteur constate le passage de l'étape A à l'étape B (supposons ici que l'étape B succède à l'étape A). L'énoncé "Il fait nuit", par exemple, exprime simplement le fait qu'il fait nuit à un moment donné, alors que le déjà aspectuel dans l'énoncé "Il fait déjà nuit" marque le franchissement de l'étape A "il ne fait pas encore nuit" à l'étape B "il fait nuit". Nous essayons également de démontrer que, employé dans une phrase négative avec "ne … pas", déjà se place derrière pas dans les emplois aspectuels, comme le montre la phrase "si, à cette époque, je n'avais pas déjà été amoureux de toi, je t'aurais laissé partir à l'étranger", mais devant pas dans les emplois discursifs, comme l'illustre l'expression que l'on rencontre fréquemment "Ce n'est déjà pas mal".
    抄録全体を表示
  • 山本 大地
    原稿種別: 本文
    45 巻 (2011) 1 号 p. 37-51
    公開日: 2017/05/02
    ジャーナル フリー
    L'adjectif fichu fait partie d'une classe d'adjectifs particulière avec ses synonymes tels que foutu, sacré, satané, maudit, sale etc. Ces adjectifs dits "affectifs" présentent en commun, selon MILNER (1978), les propriétés syntaxiques suivantes : i) ils ne s'emploient pas en fonction attribut (et s'ils le font, c'est avec un sens différent) ; ii) ils sont antéposés au nom sur lequel ils portent ; iii) ils sont incompatibles avec les adverbes de degré. Ces propriétés prouvent pour certains grammairiens comme SCHNEDECKER (2002) leur différence de statut avec les adjectifs qualificatifs. Or, leur statut "non qualificatif" n'est pas aussi évident, du point de vue sémantique. En effet, le sens de fichu est glosable par des adjectifs qualificatifs comme mauvais ou détestable, selon le Grand Robert et le Grand Larousse. Afin de sortir de cette situation paradoxale, je propose une distinction entre deux types d'emplois de l'adjectif fichu, qui bien qu'à première vue semblables du fait qu'ils possèdent tous les deux un sens évaluatif, sont en fait nettement différents. D'un côté, l'adjectif fichu peut posséder un sens évaluatif (α), équivalent à celui des adjectifs qualificatifs. Le rôle de cet emploi est donc de dénoter une propriété du référent du nom adjacent. D'un autre côté, il peut être chargé d'un sens évaluatif (β) qui, cette fois-ci, ne désigne pas la propriété du référent, mais évalue celui-ci en relation avec la situation immédiate, ce qui le rapproche du juron. Une recherche sur cette distinction, et plus particulièrement sur le sens évaluatif (β) susceptible de s'exprimer avec la plupart des adjectifs affectifs, permettra de caractériser la classe des adjectifs affectifs sur le plan sémantique.
    抄録全体を表示
  • 守田 貴弘
    原稿種別: 本文
    45 巻 (2011) 1 号 p. 53-61
    公開日: 2017/05/02
    ジャーナル フリー
    The aim of this paper is to analyze the aspectual properties of motion verbs in French in order to redefine the notions of path and manner of motion. The literature of this domain has developed two conceptual categories of motion verbs: path verbs and manner verbs. Against this dichotomy, this article proposes three core categories of motion verbs and their intermediate classes using aspectual properties and the notion of linearity as the criteria for categorization: (i) polar path verbs that make motion events telic, (ii) directional verbs that appear in an atelic and linear motion event, and (iii) manner of motion verbs that are also atelic, but destitute of linearity.
    抄録全体を表示
論評
新刊紹介
追悼
シンポジウム報告
談話会報告
海外報告
例会報告
フランス語質問箱
雑誌論文目録
修士・博士論文目録
    • |<
    • <
    • 1
    • >
    • >|
feedback
Top